L'art

Le style

Quand on se sent d’humeur maussade,

Blessé par une histoire de façade!

Quand avec l’autre, les valeurs divergent,

Et que le désarroi se retrouve devant une page vierge.

Quand pour s’adapter, il faut changer

Ou voir sa singularité déranger;

À un groupe plutôt dans les convenances,

Où toute entorse est impertinence.

Quand on a grandi dans un pays ouvert,

Où la différence est un fait divers.

C’est un regard des plus limitatifs

Sur son individualité et un jugement hâtif.

Se fondre dans la masse et le suicide

D’un cœur unique extra-lucide.

Se fondre dans la masse et la fin

D’un soi qui crée son propre parfum.

Cultiver ce qui dérange et enfin,

Fidèle à soi afin

De sortir du lot désinvolte,

Préférer sa touche, douce révolte.

Vous pourriez aussi aimer…

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *